vendredi, 24 janvier 2020 11:37

Salto : le Netflix bas de gamme à la française coûte déjà trois fois le budget initial

Évaluer cet élément
(1 Vote)
salto-argent-public salto-argent-public © Capture d'écran www.salto.fr

40 millions d'euros d'argent public sont déjà engagés pour Salto, la plateforme française publique-privé de visionnage et de téléchargement, qui ne sera jamais en mesure de lutter contre le géant Netflix et consorts.

En France, on a des idées et surtout beaucoup d’argent public pour des projets mal pensés et qui conduisent à des échecs retentissants. Dernier exemple en date, Salto.

Non pas une nouvelle mouture des championnats de patinage à glace, mais une plateforme de visionnage et de téléchargement de programmes vidéos (séries, film, documentaires…).

Pour lutter contre le géant américain Netflix (17 milliards d’euros de budget, s'il vous plaît), l’audiovisuel français (France Télévisions, M6, TF1) a décidé en 2018 de s’allier et de créer une plateforme commune.

Las, cette dernière ne cesse de rencontrer des bugs et son lancement prévu au premier trimestre 2020 est repoussé à la rentrée…

Un tiers du budget (qui a triplé depuis le lancement du projet) est financé par de l’argent public, soit 40 millions d’euros qui seront déboursés par les contribuables pour un total (provisoire) de 120 millions d’euros.

Et ce pour une véritable usine à gaz. Vous ne pourrez pas accéder à certains contenus pourtant phares des chaînes actionnaires (comme Cash Investigation ou Plus Belle La Vie), Salto ne pourra pas à son lancement s’intégrer aux « box » Internet déjà présentes, et " les contenus des trois chaînes françaises sont limités à 40% de son offre totale ", comme le rappelle le blogueur H16. 

Salto devra donc investir pour créer ses propres programmes. D’ici avril, une cinquantaine d’employés devraient intégrer Salto.

Une fois de plus, une belle réussite de l’Etat stratège qui laisse la dette publique atteindre les 100% du PIB…

Lu 719 fois Dernière modification le vendredi, 31 janvier 2020 16:51