Contribuables Associés tire le bilan de cinq années de présidence de François Hollande: dépenses publiques, fiscalité, subventions aux associations, endettement : ce sont les Français qui paient lourdement l’addition de ce naufrage.

Il a osé le dire… François Hollande lors de son discours devant ses derniers militants a déclaré : « je laisse la France dans un état bien meilleur que celui que j’ai trouvé »…

Nous, les contribuables, nous savons que ce quinquennat fut celui du massacre fiscal !

L’endettement massif engrangé par ses prédécesseurs n’est allé qu’en augmentant, les impôts ont explosé, les subventions clientélistes aux associations ont gonflé, le pays s’est encore plus paupérisé…

Non, Monsieur François Hollande : la France n’est pas dans un « meilleur état »… Et Contribuables Associés, vous le prouve point par point !

Dépenses publiques, fiscalité, endettement public : ce sont les Français qui paient lourdement l’addition de ce naufrage.

1.Dépenses publiques

En 2016, la France est devenue le pays d’Europe où les dépenses publiques sont les plus fortes, selon les chiffres publiés lundi 24 avril 2017 par Eurostat, l’office statistique de l’Union européenne. Avec des dépenses publiques à hauteur de 56,2% du PIB (1 257,2 milliards d’euros), la France a pris la tête des pays de l’Union européenne en 2016, devant la Finlande et le Danemark. La moyenne pour l’UE s’est établie à 46,6% (47,7% pour les pays de la zone euro).

2.Endettement

Selon le compteur de la dette affiché en temps réel sur le site de Contribuables Associés, la dette publique dépasse les 2 167 milliards d’euros au 17 mai 2017. 305 milliards de plus depuis le troisième trimestre de 2012, soit une augmentation de 17% : la dette publique augmente de 1560 euros chaque seconde.

3.Prélèvements obligatoires

Jamais les contribuables français n’auront autant payé : les prélèvements obligatoires atteignaient 914,7 milliards d’euros en 2012, ils dépasseront les 1 000 milliards d’euros en 2017. Les impôts ont augmenté de 20% depuis 2007 !

Depuis Séoul, où il intervenait pour une prestigieuse conférence rémunérée, François Hollande n'a pas manqué de lancer une pique à Macron sur sa politique fiscale... De la part de l'ancien président, la remarque est malvenue !

S’il y en bien un qui devrait se taire, et la fermer une bonne fois pour toute, c’est bien lui !

Depuis son pupitre du « World Knowledge Forum » à Séoul (Corée du Sud), François Hollande a eu le culot de déclarer ce lundi 16 octobre que « si dans un pays l’idée s’installe qu’il y a une fiscalité allégée pour les riches et alourdie pour les plus modestes ou les classes moyennes, alors c’est la capacité qu’il a à se mobiliser pour son avenir qui se trouve mise en cause »…

Comme Hollande semble avoir la mémoire aussi courte que ses idées, Contribuables Associés lui rappelle quelques chiffres :

  • Durant son quinquennat, jamais les contribuables français n’auront autant payé : les prélèvements obligatoires atteignaient 914,7 milliards d’euros en 2012, ils dépassent les 1 000 milliards d’euros en 2017 : une augmentation de 85 milliards d’euros !
  • Sur ses deux seules premières années à l’Elysée, 2012 et 2013, les entreprises ont dû payer 15,5 milliards d’euros d’impôts supplémentaires, avant un rétropédalage typique de l’instabilité fiscale à la française…
  • La fiscalité portant sur les familles a augmenté de 31 milliards d’euros entre le début du quinquennat et 2016. La charge fiscale pesant sur les familles est ainsi passée de 14,5% à 16% du PIB entre 2011 et 2016.
  • Son amateurisme oblige désormais l’État à devoir rembourser aux grandes entreprises 10 milliards d’euros en raison de la taxe de 3% sur les dividendes, mise en place en 2012, que le Conseil constitutionnel a invalidée.

Notre niveau d’imposition insupportable est la conséquence du poids gigantesque des dépenses publiques.

Avec Hollande, les dépenses publiques ont explosé, dépassant de près de 30% leur niveau de 2006. Notre pays s’est endetté de 695 millions d’euros supplémentaires chaque jour. Avec son bilan catastrophique, les contribuables ne peuvent que lui remettre le bonnet d’âne de la gestion publique !

Même parti, François Hollande reste toujours aussi gourmand avec l’argent des contribuables ! Sa fondation bénéficie de 8,5 millions d’euros d’argent public.

Le programme fiscal d’Emmanuel Macron ne peut toutefois pas satisfaire les contribuables : hausse de la CSG qui pénalisera les retraités, impôt sur la fortune immobilière qui alourdira la charge des propriétaires, notamment…

***

Réécoutez cette chanson parodique sur François Hollande : « Je taxe. Je taxe soir et matin. Je taxe sur mon chemin…! »  :

Publié dans Les impôts et taxes