Ces maires qui se donnent du mal pour leur petite commune

Être maire d’une commune de moins de 3500 habitants peut parfois relever du défi. 

 

Commune très endettée, normes et nouvelles lois qui plombent les budgets des communes… les maires lors de leur prise de fonction se retrouvent parfois à établir des budgets d’autant plus compliqués qu’ils ne souhaitent pas que ce soient leurs administrés qui en fassent les frais.

Un maire démissionnaire

A Noyant-la-Plaine (Maine-et-Loire), le maire a donné sa démission au préfet, abattu devant la mise en application des décisions couteuses décidées au sommet de l’Etat. « L’édile, âgé de 61 ans, n’en peut plus des contraintes qui écrasent cette commune de 330 habitants. », indique Le Figaro. (Voir notre article)

Marcillac-La-Croisille en Corrèze : une baisse des dépenses constante au cours du dernier mandat

A Marcillac-La-Croisille, un village de Corrèze qui compte quelque 870 habitants, le maire s’est retrouvé élu à la tête d’une commune enregistrant un découvert de 200 000 euros. Les dépenses étaient particulièrement élevées en 2008 avec 2286 euros en moyenne par habitant. Quatre ans plus tard, les dépenses avaient baissé pour atteindre 1389 euros par habitant. Si en 2012 elles restent supérieures à la moyenne de la strate, le maire les a diminuées chaque année d’environ 10%. La petite commune corrézienne aura connu un désendettement notable, avec un encours de la dette diminué d’un tiers (1263 euros en 2012 contre 1990 euros en 2008) au cours du dernier mandat.

Plus personne n’a envie d’être maire dans les petites communes !

A Brienne-Le-Château, le député-maire a confié aux Enquêtes du contribuable : « Dans une petite ville de moins de 3 500 habitants comme celle où je suis élu, le maire a un temps de présence local plus important et se trouve confronté en permanence à des problèmes concrets sans disposer d’une équipe municipale aussi importante que dans une grande ville. » Et Nicolas Dhuicq d’aller encore plus loin en soulignant le cas des communes de moins de 500 habitants pour lesquelles il y a de quoi s’inquiéter car « plus personne n’a envie d’être maire dans les petites communes ».

Avec Contribuables Associés, luttez pour la réduction des dépenses publiques, car trop de dépenses publiques c'est trop d'impôts, et contre les gaspillages scandaleux d'argent public !

Lu 144 fois Publié le vendredi, 07 février 2014