L’Etat technocratique pousse un maire à la démission

Le maire de Noyant-la-Plaine (Maine-et-Loire) a donné sa démission en février 2014 au motif que, selon lui, « l'État nous invente tellement de nouvelles lois et de normes qu'il ne reste plus d'argent pour l'entretien normal de la commune ». 

 

Et parmi les réformes décidées par l’Etat, il y a la « semaine de 4 jours » que la commune ne peut pas mettre en place faute de moyens. Le maire, peu dépensier, refuse d’augmenter les impôts pour faire face aux augmentations que les décisions prises au sommet de l’Etat induisent.

« Régis Moreau est maire depuis 25 ans. Seulement, à moins de deux mois des prochaines municipales, l’élu ainsi que les dix conseillers municipaux de Noyant-la-Plaine, située en périphérie d’Angers, ont choisi de jeter l’éponge. En cause : l’édile, âgé de 61 ans, n’en peut plus des contraintes qui écrasent cette commune de 330 habitants. La décision finale appartient au préfet. » […]

« L’ancien conseil municipal n’arrivait plus à joindre les deux bouts. “L’État nous invente tellement de nouvelles lois et de normes qu’il ne reste plus d’argent pour l’entretien normal de la commune”, se plaint Régis Moreau. L’an dernier, il avait déjà dû renoncer à goudronner les chemins communaux. Avec un budget de 200.000 euros, Noyant-la-Plaine n’a pas non plus les moyens de mettre aux normes d’accessibilité l’entrée de l’école publique. Avant de démissionner, les élus ont pris une dernière décision : ils ont refusé de passer les écoliers à la semaine de 4 jours et demi l’année prochaine. “On ne dispose pas des structures suffisantes pour accueillir les enfants une journée de plus. L’État ne nous accorde aucun moyen supplémentaire pour mettre en place la réforme”, justifie Régis Moreau. Les différents niveaux de l’école sont répartis géographiquement entre plusieurs communes voisines. » […]

« Quant aux impôts locaux, le maire refuse de les augmenter. “Ils sont suffisamment élevés par rapport au niveau de prestation que nous proposons”, estime l’actuel maire. » […]

 Extraits d’un article du Figaro

Le maire a su baisser au cours de ces cinq dernières années les dépenses, les prélèvements et la dette… Et était donc très bien noté en 2014 à l'Argus des communes de Contribuables Associés.

Avec Contribuables Associés, luttez pour la réduction des dépenses publiques, car trop de dépenses publiques c'est trop d'impôts, et contre les gaspillages scandaleux d'argent public !

 

Lu 143 fois Publié le lundi, 03 février 2014