Pendant 30 ans le médecin de l’hôpital de Quimperlé a été payé à ne rien faire

dans-la-fonction-publique-si-on-ne-licencie-pas-on-remunere dans-la-fonction-publique-si-on-ne-licencie-pas-on-remunere cc Moreau.henri

Reconnu incompétent et inapte par de multiples instances de santé, mais protégé par son statut de praticien fonctionnaire, le médecin ne pouvait être licencié...

 

Le docteur X, a été nommé médecin chef de service au centre hospitalier de Quimperlé (commune du Finistère, voir image ci-dessus) en 1984.

Il fut vite reconnu incompétent par diverses instances médicales et suspendu de ses activités pour « des problèmes de comportements, tant vis-à-vis du personnel, que des patients ».

Mais protégé par son statut de médecin fonctionnaire, le praticien a néanmoins continué d’être rémunéré par l’hôpital jusqu’à sa retraite, en janvier 2017. Un exemple de plus qui appelle à une réforme du statut de la fonction publique, qu’un certain Emmanuel Macron avait jugé « pas adéquat » en 2015.

Payé à ne rien faire pendant plus de 30 ans… Au 31 octobre 2016, ce médecin percevait une rémunération brute mensuelle de près de 7 400 euros.

Entre le montant de son salaire et le manque à gagner dû à son absence, le docteur X. aura coûté, pour la seule période 2012-2016, 1,1 million d’euros par an à l’hôpital de Quimperlé.

Voici l’extrait du rapport de la Chambre régionale des comptes de Bretagne qui a mis en lumière cette affaire :

Capture décran 2020 04 01 à 11.36.35

Fonction publique : les 7 réformes de Contribuables Associés

→ Supprimer le statut de fonctionnaire pour tous les nouveaux entrants dans les fonctions non régaliennes

→ Aligner les régimes de retraite du public sur celui du privé.

→ Instaurer 3 jours de carence pour les congés maladie des agents publics.

→ Fondre les corps de hauts fonctionnaires en un seul.

→ Proposer aux fonctionnaires en poste de quitter leur statut pour un contrat de droit privé.

→ Mettre en concurrence les services assurés par la fonction publique qui peuvent être assurés par le privé : éducation, crèches et accueil des enfants hors temps scolaire, placement des chômeurs, hôpitaux…

→ Supprimer l’ENA.

Avec Contribuables Associés, luttez pour la réduction des dépenses publiques, car trop de dépenses publiques c'est trop d'impôts, et contre les gaspillages scandaleux d'argent public !

Lu 378 fois Publié le mardi, 23 janvier 2018