Imprimer cette page

Le coût du CESE, le Conseil économique, social et environnemental

Conseil économique social et environnemental © Tiraden - Fr.Wikipedia.org / CC BY-SA 3.0

Nul ne sait à quoi sert le Conseil économique, social et environnemental, à part offrir des sinécures à quelques-uns et produire des rapports qui ne sont pas lus.

Stop aux gaspillages ! 

Inutile. Créé en 1946, le CESE est une assemblée « consultative » auprès des pouvoirs publics, dont les avis n’obligent personne. Le CESE est composé de 233 membres, représentants de ladite « société civile » (dans les faits,on y trouve surtout des syndicalistes), désignés pour un mandat de cinq ans.

Les « conseiller.ère.s » – car l’écriture inclusive est de mise en cette vénérable institution – ne peuvent accomplir plus de deux mandats consécutifs. Ils sont épaulés par 60 experts et 147 fonctionnaires bien choyés.

Les dépenses de personnel (rémunérations des membres, experts et agents, retraites des anciens conseillers) ont pompé rien moins que 82,5 % du budget de l’institution en 2018 ! (Source : projet de loi de finances 2019).

Autre donnée édifiante, les agents du CESE bénéficiaient de 54 jours de congés (hors jours fériés) en 2014, selon la Cour des comptes.

Les membres du CESE émettent des rapports mort-nés, à une cadencetrès mesurée : 30 rapports en 2018 pour un budget de 42,1 millions d’euros.Cela fait cher le rapport : 1,4 million d’euros à l’unité.

L’assemblée compte quelques célébrités dont le talent vaut bien un fromage : le cinéaste Régis Wargnier, l’ex-athlète Muriel Hurtis, le politicien Jean-Luc Bennahmias, le rappeur et écrivain Rost Adom’Megaa,la navigatrice et présidente de WWF France, Isabelle Autissier, ou encore l’ex-animateur télé et défenseur des oiseaux Allain Bougrain-Dubourg.

Près du tiers des sièges est occupé par des représentants des syndicats de salariés. Ces conseillers reversent l’intégralité de leur indemnité (3 845,20 euros brut par mois) à leur syndicat. Un financement déguisé des organisations syndicales, tout ce qu’il y a de plus légal…

 Jean-Baptiste Leon

Article extrait du " Livre noir des gaspillages 2019 " de Contribuables Associés une livre noir gaspillages argent public

Lu 520 fois Publié le jeudi, 17 octobre 2019