Nantes : 53 millions d’euros pour des bus électriques qui tombent en panne

e-busway-nantes-gaspillage-argent-public e-busway-nantes-gaspillage-argent-public © StBi44 - CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=84503322

Les usagers des bus à Nantes sont pris au piège des gabegies de leurs élus. 

 

La nouvelle manie des maires des grandes villes est de développer et surtout d’imposer des transports en commun prétendument écologiques mais à l’efficacité douteuse et au coût astronomique pour les contribuables.

 Dernier exemple en date à Nantes où des bus électriques sur rails – nommés e-Busway – entrés en service à l’automne 2019 ne cessent de tomber en panne à tel point que début janvier ils avaient été retirés provisoirement de la circulation.

Ils sont encombrants de plus et s’avèrent très difficiles à manier quand ils ne circulent pas sur une ligne droite. Aux heures de pointe ils sont vite surchargés de passagers.

E-Busway : le coût pour les contribuables

Un choix absurde qui a déjà coûté 53 millions d’euros : à savoir le coût d’achat (22 véhicules à 1,2 million d’euros l’unité, soit au total 26,4 millions d’euros), le coût des travaux (notamment d’importants travaux d’aménagement aux terminus de la ligne) ou le recours à 22 artistes pour habiller chacun un véhicule…

C’est aussi et surtout un nouvel exemple de dépassement de budget d’un chantier public. En effet, comme l’indique le site Breizh-Info, « le coût original prévu en 2017, à la commande, était de 43 millions d’euros et a déjà dérapé (+23 %). »

Une gabegie d’argent public décidée à l’époque de Jean-Marc Ayrault quand ce dernier était encore maire de Nantes, au motif que le montant des subventions était plus important que pour un projet de tramway !

Lu 2733 fois Publié le mercredi, 15 janvier 2020