jeudi, 29 janvier 2015 15:13

Pourquoi la permanence parlementaire de ce député a-t-elle été déménagée dans la nuit ?

Dans notre article du mercredi 28 janvier 2015, nous avons évoqué le cas des parlementaires qui achètent leur permanence avec leur indemnité représentative de frais de mandat (IRFM) et la conservent une fois leur mandat terminé. Nous avons notamment mentionné Georges Ginesta, député UMP du Var qui avait acheté sur son IRFM une somptueuse villa, en vente depuis. Curieusement, l'adresse mentionnée sur le site de l'Assemblée nationale a été changée dans la nuit du mercredi 28 au jeudi 29 janvier 2015...

 

Si l’édition d’une page Web prend effet immédiatement, la Toile garde en mémoire le contenu antérieur de cette page. On appelle ça le « cache ». C’est grâce à ce dernier que nous avons pu mettre en évidence le « déménagement » dans la nuit de mercredi à jeudi de la permanence parlementaire du député-maire UMP de Saint-Raphaël (Var), Georges Ginesta.

Aujourd’hui jeudi 29 janvier, le site de l’Assemblée nationale mentionne une permanence parlementaire sise au 102 Rue Albert Camatte, « Le Melchior » :

Image à intégrer !!!!

Si l’édition d’une page Web prend effet immédiatement, la Toile garde en mémoire le contenu antérieur de cette page. On appelle ça le « cache ». C’est grâce à ce dernier que nous avons pu mettre en évidence le « déménagement » dans la nuit de mercredi à jeudi de la permanence parlementaire du député-maire UMP de Saint-Raphaël (Var), Georges Ginesta.

Aujourd’hui jeudi 29 janvier 2015, le site de l’Assemblée nationale mentionne une permanence parlementaire sise au 102 Rue Albert Camatte, « Le Melchior » :

Image à intégrer !!!!

Comme on le voit dans les deux captures d’écran Google Maps ci-dessous, la somptueuse villa a été remplacée par un appartement plus modeste, quoique situé dans un immeuble de standing :

Image à intégrer !!!!

Un appartement convient certes davantage à l’exercice du travail d’un député qu’une villa avec piscine. Mais comme le révélait Le Canard Enchaîné en juillet 2014, c’est à la mairie de Saint-Raphaël, et non dans sa villa, que le député recevait les citoyens. Pourquoi cela changerait-il maintenant qu’il s’agit d’un appartement ?

Et cela pose la question du devenir de la villa, toujours en vente sur de nombreux sites d’annonces immobilières. On sait que Georges Ginesta l’a achetée avec son IRFM. Si Ginesta trouve un acheteur au prix qu’il demande, ce seront donc 2,5 millions d’euros d’argent des contribuables qui iront dans sa poche sans avoir servi à son activité parlementaire.

34 975 euros de revenus mensuels

Et pourtant, comme le démontre sa déclaration d’intérêts publiée sur le site de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique, Ginesta n’avait pas vraiment, c’est le moins qu’on puisse dire, besoin de son IRFM pour s’acheter une villa, même aussi luxueuse que celle qu’il occupe. Jugez plutôt avec la liste des rémunérations issues de ses différents mandats électifs :

Image à intégrer !!!!

Au total, Georges Ginesta cumule 8600 euros mensuels d’indemnités liées à ses mandats, auxquelles il faut ajouter l’IRFM de 5770 euros par mois, soit 14370 euros d’argent public chaque mois.

Mais ce n’est pas tout !

Ginesta déclare aussi une activité d’« agent d’assurances » AXA, pour laquelle il a touché en 2012 la bagatelle de 180 086 euros, soit 15 007 euros par mois !

Image à intégrer !!!!

On se demande du reste comment Georges Ginesta trouve le temps d’exercer une activité aussi lucrative alors qu’il est à la fois député, maire et président de la communauté d’agglomération.

En fait, c’est son activité parlementaire, et non professionnelle, qui pâtit de son cumul de mandats et d’emplois.

Selon le site Nos Députés, Ginesta est l’un des 150 députés les moins actifs à l’Assemblée nationale. Depuis le début de la législature 2012-2017 ( deux ans et demi), il n’a déposé aucun rapport, aucune proposition de loi, n’a posé aucune question orale, n’est intervenu sur aucun dossier.

Image à intégrer !!!!

Comme on le voit dans le graphique ci-dessus (cliquer pour agrandir), il peut s’écouler plusieurs mois sans que Ginesta ne participe au travail législatif de l’Assemblée nationale.

Depuis 2012, il n’est intervenu que trois fois en commission : 2 fois en 2012, 0 fois en 2013 (!) et 1 fois en 2014.

Pour expliquer cette inactivité, il faut sans doute rappeler que Ginesta, 72 ans, est déjà retraité dans le civil, comme il l’indique dans la rubrique « Observations » de sa déclaration d’intérêts. Il a touché 15 616 euros de pensions en 2012, soit 1301 euros mensuels. On apprend dans la même rubrique qu’il a touché 51 561 euros de loyers en 2012, ce qui représente tout de même 4297 euros par mois. N’aurait-il pas pu se priver de l’un de ces loyers et utiliser l’un des logements en question pour y tenir sa permanence parlementaire ?

Si l’on additionne l’ensemble de ses rémunérations, à savoir 14 370 euros d’indemnités liées à ses mandats, 15 007 euros issus de son activité d’« agent d’assurances », 1301 euros de retraite, et 4297 euros de loyers, on arrive à 34 975 euros par mois.

Notons aussi qu’une partie de l’enveloppe de 9504 euros mensuels consacrée à la rémunération de ses assistants parlementaires atterrit dans la tirelire du ménage, puisque son épouse, Madeleine, fait partie de son équipe :

Image à intégrer !!!!

Bien qu’on ne sache pas si le changement de l’adresse de la permanence parlementaire a été fait à l’initiative de Ginesta ou à celle de l’Assemblée nationale elle-même, on peut comprendre qu’avec des revenus aussi extravagants, il préfère la discrétion d’un appartement à l’ostensible opulence d’une villa.

PS : Maire de Saint-Raphaël (Var) de 1995 à 2017, Georges Ginesta est séntaue LR depuis septembre 2017.

Lu 139 fois Dernière modification le lundi, 02 mars 2020 12:06