Imprimer cette page

La Cour des comptes rosse Polytechnique

la-cour-des-comptes-rosse-polytechnique cc École polytechnique

La Cour des comptes a épinglé le manque de “fiabilité” de la comptabilité de l'Ecole polytechnique.

 

Dans un référé de février 2012 rendu public le 22 juin de la même année, la Cour des comptes fustige le manque de « fiabilité »  de la comptabilité de l’Ecole Polytechnique, et le recrutement « coûteux » des étudiants étrangers.

La gestion de Polytechnique laisse à désirer dans plusieurs domaines, estime la Cour dans un référé daté du 12 février 2012. Elle relève notamment des insuffisances dans la gestion de l’école, un défaut de comptabilité analytique, une gestion trop laxiste des personnels et du patrimoine immobilier ainsi qu’un manque de diversité dans le recrutement des élèves et le recrutement coûteux des étudiants étrangers.

Au volet comptable, la Cour, souligne que la comptabilité de la prestigieuse école d’ingénieurs manque encore de fiabilité et ne permet pas de connaître le « coût complet de la scolarité ». Elle dénonce la gestion des personnels, trop coulante, en notant que le service des enseignants de l’école est encore plus léger que celui des universitaires. Dans la foulée, la Cour déplore aussi que 1,3 million d’euros aient été dépensés pour verser une rémunération majorée aux enseignants à temps partiel alors que cela est interdit par la réglementation.

Une gestion déjà épinglée en 2010

Quant à la scolarité des élèves, la Cour constate « le recrutement coûteux d’élèves étrangers », qui du fait des exonérations de frais de scolarité, des bourses et des organisations de concours, est estimé à plus de 7,5 millions d’euros, soit « 75.000 euros par ingénieur ». Enfin, les magistrats de la rue Cambon souhaitent que les étudiants n’intégrant pas la fonction publique remboursent leurs frais de scolarité, qui représentent, au bas mot, 300 000 euros pour l’école.

Ce n’est pas la première fois que la gestion de polytechnique est épinglée. En janvier 2010, un rapport du Contrôle général des armées et de l’Inspection générale de l’administration de l’éducation nationale avait déjà buté sur ces points sans que des mesures soient prises.

DL

Avec Contribuables Associés, luttez pour la réduction des dépenses publiques, car trop de dépenses publiques c'est trop d'impôts, et contre les gaspillages scandaleux d'argent public !

Lu 66 fois Publié le lundi, 25 juin 2012