Imprimer cette page

Le choix civilisationnel d’Emmanuel Macron : une dette basée sur l’anxiété

Écrit par Aliénor Barrière
Emmanuel-Macron Shutterstock

Faire de la politique avec un grand P, c’est avoir une vision pour le pays. Cette vision peut être orientée vers le rayonnement culturel, la force militaire, l’influence diplomatique, la puissance économique, les prouesses scientifiques ou technologiques…

Et puis il y a Emmanuel Macron. Dans une interview de l’entre-deux-tour, il a plaidé pour un choix civilisationnel basé sur l’éco-anxiété des jeunes. Comprenez : les adolescents et jeunes adultes que les changements climatiques bouleversent au point de sombrer dans l’anxiété, voir même parfois la dépression.

Que voilà une vision jupitérienne de la façon de mener la France ! La majorité des Français a beau être passée à droite, c’est sur le flanc gauche que les deux finalistes ont prévu d’orienter les derniers moments de leur campagne.

Les 20% de Jean-Luc Mélenchon sont devenus le vivier de voix qui peut faire basculer la campagne.

Et à petite vision, petits moyens : ce choix civilisationnel verdoyant sera mis en œuvre grâce au déploiement de 50 nouveaux parcs éoliens et la multiplication par dix des énergies solaires du pays.

Des méthodes aussi ruineuses qu’inefficaces qui enlaidissent les paysages français.

Mais ce n’est pas tout ! Qui dit politique pour adolescents dit évidemment festivité à la clé !

C’est chose faite avec le lancement d’une « Fête de la Nature » le quatrième samedi de mai autour du thème des jardins, du paysage et de l’environnement. Jack Lang n’a qu’à bien se tenir.

Quant aux arguments avancés, c’est du lourd : Marine Le Pen « est un projet climatosceptique ». Si vous voulez rejoindre le camp du Bien, isolez votre logement et votez Macron.

une tous contribuables 20 eoliennes

Tous contribuables ! N°20 « Éoliennes : des milliards pour du vent » 5 €

Abonnement d'un an à Tous contribuables : 19 € pour 4 numéros

 

Lu 196 fois Publié le mercredi, 20 avril 2022