mercredi, 13 avril 2016 14:53

Éric Verhaeghe contre le monopole de la Sécu

Éric Verhaeghe, ex-président de l'APEC et ancien administrateur de la Sécurité sociale, s'attaque au régime déresponsabilisant et monopolistique de la Sécurité sociale dans son nouvel ouvrage «Ne t’aide pas et l’État t’aidera».

 

Éric Verhaeghe ne remet pas en cause la protection sociale. Mais il percute le prêt à penser des politiques et le « récit national » d’une Sécu sanctuarisée par les idéologues.

Selon Verhaeghe, « à dépenses égales, les Français seraient bien mieux protégés socialement avec un système différent de celui de la Sécurité sociale ».  La structure de l’économie générale de la Sécurité sociale, totalement hermétique, n’est jamais dévoilée au grand public.

Dans notre système actuel, les prestations sont équivalentes à un tiers de la richesse nationale. Il consiste à demander aux classes moyennes d’apporter une contribution de plus en plus importante à une part de la population qui participe de moins en moins.

Verhaeghe décrypte les événements et les décisions qui ont conduit les citoyens à accepter que la dette finance la protection sociale depuis une trentaine d’années. Selon lui, le grand art des politiques consiste à donner l’illusion que cette dette est un simple jeu d’écriture sans conséquence sur le niveau de vie et de protection assuré par le « système ».

La France est placée, de facto, sous hypnose collective : « Plus notre organisation de la protection sociale se fragilise, moins la situation financière du pays permet de préserver sa conception d’origine et mieux cet état d’hypnose fonctionne ». La généralisation du tiers payant est une parfaite illustration de cette absence de débat rationnel.

L’auteur propose in fine des solutions pour libérer le citoyen de ce cercle vicieux obsolète. Pour lui, le revenu universel serait une alternative respectueuse de la liberté et de la responsabilité individuelle. À voir…

Cet ouvrage, bien documenté, qui met aussi l’accent sur l’endettement des générations futures, s’adresse au grand public. Sa fluidité surprendra plus d’un lecteur !

Florence Pichard du Page

Lu 72 fois Dernière modification le mercredi, 05 février 2020 14:58