Présidentielle : Marine Le Pen répond à Contribuables Associés

Marine Le Pen, candidate du Front National, a répondu aux questions de Contribuables Associés pour la présidentielle 2017.

 

Réduction des dépenses publiques
  • Êtes-vous favorable à la réduction des dépenses publiques ? Si oui, sur quels postes budgétaires et sur quels montants ?
  • Êtes-vous favorable à la création d’un ministère des Réformes chargé spécialement de veiller à la rationalisation et aux économies avec des objectifs annuels de réduction des dépenses publiques, comme le préconise le rapport piloté par Michel Pébereau ? (cf Institut de l’entreprise, Dépenses publiques : l’Etat d’alerte, février 2017) ?
  • Êtes-vous favorable à ce que les syndicats cessent d’être alimentés par l’argent public et à ce qu’ils soient financés uniquement par les cotisations de leurs membres, ce qui les rendraient plus forts et plus représentatifs ?
  • Êtes-vous favorable à la suppression des subventions aux entreprises et à une transparence renforcée des comptes pour les associations percevant des fonds publics ? (cf proposition de loi n°1259)

La réponse de Marine Le Pen : « Il faut faire la chasse à la mauvaise dépense publique, qui n’a jamais été faite. Plusieurs rapports pointent du doigt les gaspillages dans les dépenses de l’Etat, des collectivités ou mêmes des organismes de sécurité sociale. En 5 ans, je m’engage à faire économiser aux Français 60 milliards d’euros en ramenant à 0 la contribution nette de la France au budget de l’UE (elle donne aujourd’hui 9 milliards de plus à Bruxelles qu’elle n’en reçoit), en supprimant la directive détachement (qui coûte 2 milliards d’euros par an en perte de cotisations), en réduisant drastiquement l’immigration (qui coûte, chaque année, 10 milliards d’euros par an selon l’OCDE), en enclenchant le virage ambulatoire ou encore la mise en place de la vente de médicament à l’unité… Mais nous lutterons également contre la fraude fiscale des grands groupes (qui rapportera 15 milliards), et à la fraude sociale (qui en rapportera 8). Enfin, je mettrai un terme à la gabegie dans les collectivités locales grâce à une réforme territoriale ambitieuse qui rapportera près de 10 milliards d’euros. Ces économies permettront de financer des baisses d’impôts pour les ménages et les entreprises et une hausse de pouvoir d’achat pour les ménages.

Je ne pense pas qu’il faille créer un n-ième ministère pour cela, qui serait contradictoire avec la nécessaire simplification des politiques publiques. »

Réduction des impôts pour tous les contribuables
  • Êtes-vous favorable à l’instauration d’un impôt sur le revenu proportionnel à taux unique payable par chaque citoyen, et à la suppression des différentes niches fiscales ?
  • Êtes-vous favorable à la suppression des impôts antiéconomiques, comme l’ISF ? (cf proposition de loi n°3404)
  • Êtes-vous favorable à la suppression des impôts sur les successions, qui coûtent chaque année près de 10 milliards d’euros aux contribuables qui, pour leur grande majorité, ont travaillé toute leur vie pour transmettre à leurs enfants ?
  • Êtes-vous favorable à l’abrogation de la loi sur le prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu ?

 La réponse de Marine Le Pen :  » L’impôt sur le revenu a explosé depuis 2011. Ses recettes sont passées de 59 milliards d’euros à près de 75 prévus pour 2017. Ce matraquage fiscal a surtout pesé sur les familles de la classe moyenne. C’est pour cela que je propose de réduire de 10% l’IR sur les 3 premières tranches, mais aussi de rétablir la demi-part des veuves et veufs supprimées par F.Fillon en 2008.

Cependant, je ne crois pas que la priorité soit d’instaurer un IR proportionnel. C’est en effet l’un des seuls impôts progressifs du système français.

L’ISF est l’autre impôt progressif du système français. Seuls 340.000 foyers sont concernés et détiennent 25 % du patrimoine net français. Il faut savoir que les inégalités sont surtout concentrées sur le patrimoine et sont considérablement plus élevées que celles sur le revenu (les 10 % les plus riches ont 205 fois plus de patrimoine que les 10 % les plus pauvres, contre 4,2 s’agissant du revenu). Contrairement à ce qui est répété, ce type d’impôt existe en Espagne, en Norvège, en Suisse… Ces deux derniers pays sont pourtant ceux qui ont l’indicateur de développement humain le plus élevé du monde… Je le maintiendrai à la différence de messieurs Fillon et Macron qui veulent soit le supprimer ou le réduire massivement.

Mais dans le même temps, je propose de faciliter la transmission intergénérationnelle du patrimoine pour favoriser les plus jeunes. Il y a ici aussi un objectif de justice sociale. Pour cela, le délai de rappel pour les donations des parents à leurs enfants sera réduit à 5 ans au lieu de 15. Nous abrogerons le prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu, source de complexité pour les entreprises et ne protégeant pas la vie privée de nos concitoyens. »

Contrôle et transparence de la vie publique
  • Etes-vous favorable à la diminution du nombre d’élus en France (près de 600 000) ?
  • Etes-vous favorable à l’adoption définitive de la proposition de loi sur l’instauration d’une obligation de présenter un casier judiciaire vierge pour les condidats à une élection ? (cf proposition de loi organique n°4289 et n°4291)
  • Etes-vous favorable à la suppression de la réserve parlementaire, qui permet aux députés et sénateurs de distribuer chaque année 140 millions d’euros -1 milliards en 8 ans- d’argent public de manière discrétionnaire ?
  • Etes-vous favorable à un contrôle systématique des frais de mandat des parlementaires par la fourniture de justificatifs comptables ?

La réponse de Marine Le Pen : « Par soucis de proximité, mais aussi d’économie,il est impératif de revoir profondément la composition du Parlement à la fois par la réduction forte du nombre de parlementaires dans les deux assemblées (Assemblée Nationale et Sénat) et par l’introduction de la proportionnelle intégrale pour une vraie représentativité. La réduction du nombre de parlementaires sera inscrite dans la Constitution.

Concernant l’Assemblée Nationale, nous proposons de réduire le nombre maximum de députés à 300 (contre 577 aujourd’hui, soit une diminution de près de 50% du nombre d’élus). S’agissant du Sénat, nous proposons d’abaisser le nombre de sénateurs à 200 maximum (contre 348 aujourd’hui).

Je réduirai de 6 à 3 le nombre de grandes strates administratives, autour des communes des départements et de l’Etat pour mettre fin à cet invraisemblable mille-feuilles administratif, pour gagner en proximité, faire des économies et donc baisser rapidement les impôts locaux. Je ferai aboutir la proposition de loi et la proposition de loi organique visant à instaurer une obligation de casier judiciaire vierge pour les candidats à une élection.

Je suis favorable à ce que les dépenses des élus soient plus strictement contrôlées pour s’assurer d’une bonne gestion des deniers publics et éviter les abus. Je souhaite également supprimer la réserve parlementaire qui est une pratique s’apparentant au clientélisme qui n’a pas lieu d’être : les fonds libérés seront redirigés vers les petites communes rurales. »

Gestion des effectifs de la fonction publique
  • Êtes-vous favorable à la réduction des effectifs des agents publics, plus de 5 millions en France (soit un actif sur 5)
  • Êtes-vous favorable à la suppression du statut de la fonction publique pour les missions non régaliennes de l’État ?
  • Êtes-vous favorable à l’harmonisation des modes de calcul des retraites entre le secteur public et le secteur privé ? (cf proposition de loi constitutionnelle n°2030)
  • Êtes-vous favorable à l’instauration de trois jours de carence dans le public,pour instaurer l’égalité avec le secteur privé ? (cf proposition de loi constitutionnelle n°2374)

La réponse de Marine Le Pen : « Concernant la fonction publique, il ne faut pas avoir d’objectif comptable, ce qui serait parfaitement dogmatique. Il faut regarder les choses à tête reposée pour voir là où les besoins se font sentir et là où le recrutement de fonctionnaires ne se justifie pas. Alors que notre pays fait face à une menace terroriste sans précédent, il est inacceptable de réduire les effectifs de nos forces de l’ordre, comme l’ont fait Messieurs Fillon et Hollande. C’est pour cela que je propose de recruter 15 000 policiers et gendarmes sur le quinquennat, ainsi que 6000 douaniers. En revanche, l’explosion des effectifs de la fonction publique territoriale dans les années 2000 ne se justifiait pas. C’est pour cela que la réforme territoriale que je mettrai en œuvre sera l’occasion d’opérer une réaffectation des effectifs entre les fonctions publiques selon les besoins. Le statut de la fonction publique a un but protecteur et ce pour éviter que les agents qui en bénéficient ne fassent l’objet de chantage de la part du pouvoir politique. Il faut garder l’impératif de service public au-dessus de l’impératif de rentabilité. Quant au délai de carence, j’ai inscrit dans mon projet une égalité entre le public et le privé soit 2 jours de carence. »

Réduction des dépenses publiques dans les collectivités locales
  • Êtes-vous favorable à la délimitation d’un impôt par strate territoriale, et des compétences clairement définies pour chaque type de collectivité locale ?
  • Êtes-vous favorable à une réelle réforme territoriale source d’économies
  • Êtes-vous favorable à une réduction des strates au sein du mille-feuille territorial ?
  • Etes-vous favorable à l’insertion d’un référendum local obligatoire pour toute décision impactant plus de 10% du budget communal ?

 La réponse de Marine Le Pen : « J’ai déjà répondu à de nombreuses questions sur ce sujet dans les parties précédentes.

Oui, les compétences seront clairement définies pour chaque strate territoriale afin d’éviter les doublons source de complexité et de surcoûts.

La réduction des strates territoriales sera une source d’économie pour tous, elle permettra aussi de réduire la complexité administrative.

L’idée d’un référendum local pour les décisions budgétaires importantes des communes est excellente et s’inscrit dans ma politique visant à redonner un souffle démocratique à nos institutions notamment par l’instauration du référundum d’initiative populaire. »

Lu 145 fois Publié le lundi, 17 avril 2017