La France encore une fois championne du monde des impôts

france-impots-depenses-publiques france-impots-depenses-publiques © Fotolia

C’est une médaille d’or dont on aurait bien aimé se passer une nouvelle fois... La France reste la championne du monde des impôts, parmi tous les pays riches, avec des recettes fiscales qui représentaient 46,1% de la richesse produite dans notre pays en 2018, selon le dernier rapport annuel de l'OCDE, publié le 3 septembre 2020.

 

L'État français est le plus spoliateur des pays de l'OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques, 37 pays membres) : en 2018, 46,1% du PIB (la richesse produte par les Français) sont partis en impôts, taxes et prélèvements.

La Belgique et le Danemark sont ex aequo sur la seconde marche du podium (44,9% du PIB). A titre de comparaison, la moyenne des pays de l'OCDE est de 34,3%...

Les pays qui taxent le moins leurs contribuables sont l'Indonésie, le Mexique et le Chili, avec une imposition comprise entre 12% à 21% du PIB.

Le déconfinement fiscal, ce n'est pas pour demain

Et ce n'est pas près de changer, quoi qu'en disent Bruno Le Maire, Jean Castex et Emmanuel Macron.

Ils veulent faire croire à la France entière que les impôts n'augmenteront pas pour financer la crise du Covid. C'est du flan, un odieux mensonge. Des mesures ont déjà été prises pour taxer encore plus les Français.

2 exemples : 

Un premier impôt-Covid de 77 milliards d'euros a été entériné : la CRDS (contribution pour le remboursement de la dette sociale). Prélevée à la source sur TOUS les revenus (7,67 milliards d'euros par an), elle devait s’éteindre en 2024.

Eh bien la voilà reconduite jusqu’en 2033 : soit 77 milliards de ponction supplémentaire d’ici 2033 !

Les mutuelles vont payer une surtaxe de 1,5 milliard d'euros. Elles se verront prélever une contribution supplémentaire sur le chiffre d'affaires de 2020 et 2021. Il s'agit de la " taxe de solidarité additionnelle" qui va passer de 13,27 % à 16,5 %.

En toute logique, les mutuelles répercuteront cette hause sur les cotisations de leurs adhérents...

Et ce n'est que le début avec les 100 milliards d'euros de dépenses du plan de relance qu'il faudra bien financer par le recours aux impôts et taxes, le recours à la dette (qui n'est qu'un impôt différé), le recours à l'inflation ou via la captation d'une partie de l'épargne des Français (l'État place où il veut l'argent que vous versez sur les livrets d'épargne réglementée...).

Le seule plan de relance viable pour baisser les impôts et redresser notre économie passe par la diminution drastique des dépenses publiques! 

Cest ce qu'explique Alain Mathieu, président de Contribuables Associés, dans un programme de réformes de la France intitulé «Réformer pour libérer». 

Une vingtaine d’experts reconnus pour leurs compétences y dessinent les grandes lignes d'une refondation de notre système, orientée autour des axes suivants :

 Pour retrouver le détail de notre programme, rendez-vous sur le site en ligne reformerpourliberer.org

reformer pour liberer contribuables associes

 

 

 

 

Lu 2023 fois Publié le mercredi, 09 septembre 2020