Les détenus payent leur nourriture moins cher qu'en supermarché

Les prisonniers bénéficient de prix discount lorsqu'ils achètent de la nourriture à leur cantine. C'est le contribuable qui paye la différence...

 

Le pot de pâte à tartiner à 3,13 euros en supermarché ne coûte que 1,11 euros en prison ! Depuis le printemps, une réforme vise à proposer des prix très avantageux sur 200 produits de première nécessité vendus dans les supérettes des prisons.

Ces prix discount sont le résultat d’une volonté politique et d’achats groupés réalisés à l’échelle nationale.

Mais là où le bât blesse, c’est que « la différence de prix, c’est l’Etat, et donc le contribuable, qui la paie », dénonce le syndicat du personnel pénitentiaire Ufap-Unsa. Comble de l’ironie, ce ne sont plus les familles qui apportent des colis à leur proche enfermés mais les détenus qui envoient de la nourriture à l’extérieur…

Pour l’Ufap-Unsa, cette mesure coûte 20 millions d’euros par an à l’Etat. De son côté, la direction de l’administration pénitentiaire prévient qu’« on est vraiment loin de cette somme ».

Le salaire d’un surveillant de prison commence à 1 416 euros net et finit à 2 072 euros en fin de carrière. Pourquoi ne pas avoir utilisé ces 20 millions d’euros pour augmenter la rémunération des surveillants ?

Avec Contribuables Associés, luttez pour la réduction des dépenses publiques, car trop de dépenses publiques c'est trop d'impôts, et contre les gaspillages scandaleux d'argent public !

Lu 111 fois Publié le mercredi, 27 juin 2012