samedi, 22 juin 2013 09:39

La redevance domaniale acquittée par les sociétés d’autoroutes augmente de 50% !

hausse-redevance-societes-autoroutes-francois-hollande hausse-redevance-societes-autoroutes-francois-hollande © Contribuables Associés

Le vrai visage de François Hollande en matière fiscale se dévoile lorsqu’il pense que les contribuables ne verront rien. Il ne matraque plus : il confisque. 

 

Que penser de la hausse de 50% de la redevance domaniale acquittée par les sociétés d’autoroutes ? Le décret a été publié le 29 mai au Journal officiel, validé par le Conseil d’Etat. Cette taxe rapporte 200 millions d’euros par an. Avec cette augmentation, elle en rapporterait 100 millions de plus… à nos frais bien entendu.

Car François Hollande sait très bien comment le prix d’un produit ou d’un service se compose. Le prix pour le client final, c’est-à-dire le consommateur lambda qui va payer le produit à la caisse ou au péage de l’autoroute, couvre entre autres  l’achat du produit, les salaires, la consommation énergétique (électricité notamment), les coûts d’opération, les charges patronales et salariales, la marge de bénéfice et bien entendu les taxes. Car, quiconque a travaillé dans une entreprise privé à la vente, sait bien que toutes taxes, qu’elles soient douanières, de l’Etat ou TVA est inclus dans le prix de vente final. Il est donc évident que cette augmentation de 50% de la redevance domaniale impactera le porte-monnaie des automobilistes qui s’aventurent sur les autoroutes.

Entre le prix de l’essence, les radars et le coût des péages, rouler devient un vrai luxe.

L’Association des sociétés française d’autoroutes annonce « que faute de compensation intégrale et transparente, les sociétés concessionnaires se verraient dans l’obligation d’engager tout recours nécessaire auprès des instances compétentes. » En d’autres termes d’attaquer le gouvernement en justice. Mais ces compensations réclamées, qu’elles sont-elles ? Il s’agit ni plus ni moins de pouvoir augmenter les tarifs des péages d’autoroutes. La logique de composition des prix est donc respectée : toute taxe sur une entreprise, un bien, un service, un produit est payée par le client final, dans ce cas précis par l’automobiliste. Entre le prix de l’essence, les radars et le coût des péages, rouler devient un vrai luxe.

Et voilà comment François Hollande et son gouvernement taxent en douce les contribuables. Tout est bon pour remplir les caisses de l’Etat et maintenir son train de vie au détriment du citoyen qui n’en finit plus de payer.

Philippe Lebon

Avec Contribuables Associés, luttez pour la réduction des dépenses publiques, car trop de dépenses publiques c'est trop d'impôts, et contre les gaspillages scandaleux d'argent public !

Lu 13 fois Dernière modification le jeudi, 07 mai 2020 10:12