Impôt sur le revenu progressif : la fuite en avant de Mélenchon

Le co-fondateur du Front de Gauche a critiqué la décision de François Hollande d'exonérer d'impôt sur le revenu les foyers les plus modestes.

 

Pour Mélenchon, invitéce 8 septembre 2015 de France Info, « tout le monde doit contribuer » à l’impôt sur le revenu :

«On annonce une baisse d’impôts pour faire sortir un certain nombre de gens de l’impôt sur le revenu. Moi je suis pour que tout le monde paie, évidemment à proportion.»

Il est intéressant que le candidat à l’élection présidentielle de 2012 déclare que tout le monde doive payer à proportion de ses revenus. C’est précisément l’idée à la base de l’impôt proportionnel, parfois appelé « flat tax », qui consiste à appliquer le même taux d’imposition (i.e. prélever la même proportion de leurs revenus) à tous les contribuables.

Prenons un cas fictif, avec deux ménages, A et B. Si le ménage A gagne 100 et qu’un taux de 10 % lui est appliqué, il paiera 10 d’impôt. Si le ménage B gagne 200, soit deux fois plus que le ménage A, il paiera 10 % de 200, donc 20, soit deux fois plus que le ménage A.

Quoi de plus juste que d’appliquer un taux égal aux deux contribuables ?

C’est pourtant cette idée que Mélenchon et ses alliés européens ont combattue quand elle a été appliquée dans plusieurs pays d’Europe de l’Est qui ont naguère connu les rigueurs du socialisme dont ils se réclament.

Constatant le problème que pose aujourd’hui l’impôt sur le revenu en France (progressif, avec un taux d’imposition de plus en plus élevé à mesure que l’on monte dans les « tranches » de revenu imposable), Mélenchon propose en réalité une fuite en avant :

«Pour rendre l’impôt plus léger, il faut l’étaler. Au lieu de cinq tranches il en faut 14, de manière à ce que la classe moyenne ne paie pas pour tout le monde et que ceux qui ont les revenus les plus élevés paient davantage.»

Si l’on peut saluer que Mélenchon reconnaisse que la classe moyenne paie pour tout le monde, cette proposition conduit à rendre l’impôt sur le revenu encore plus injuste, avec des taux différents selon les revenus, alors que la mesure la plus juste serait justement d’imposer le même taux à tous.

Notons d’ailleurs que Mélenchon propose que « ceux qui ont les revenus les plus élevés paient davantage », mais ce serait évidemment le cas avec l’impôt proportionnel — qu’il refuse — comme on l’a vu dans l’exemple ci-dessus. Un même taux pour tous conduirait ceux qui gagnent le plus à payer le plus.

Cesser les gaspillages d’argent public c’est faire baisser les impôts !

Lu 147 fois Publié le mardi, 08 septembre 2015