Un impôt à supprimer : la surtaxe sur les résidences secondaires

Les communes situées en "zone tendue" (1 149 villes situées dans les 28 principales agglomérations de métropole dans lesquelles le marché est tendu) peuvent surtaxer de 20 % les habitations non affectées à la résidence principale.

 

La Mairie de Paris, principale bénéficiaire de cette surtaxe qui lui permet déjà de récolter plus de 20 millions d’euros par an, veut porter cette surtaxe à 100 %, ce qui reviendrait à doubler le montant de la taxe d’habitation pour les logements concernés.

Sachant que les résidences secondaires ne bénéficient déjà pas des abattements existants en matière de taxe d’habitation, cela reviendra souvent à faire passer la taxe sur les résidences secondaires du simple au quadruple par rapport à la résidence principale.

Autant dire que la volonté d’Anne Hidalgo, le maire de Paris, est de supprimer les résidences secondaires, à l’aide d’une taxe qui s’apparente déjà à une sanction idéologique. En termes d’attractivité pour les éventuels investisseurs, il y a mieux …

Olivier Bertaux, expert fiscaliste de Contribuables Associés

Pour en savoir plus sur les dépenses publiques et les impôts dans votre commune, consultez la fiche de votre ville sur notre site de notation des 35 000 communes de France : l’Argus des communes

Lu 149 fois Publié le vendredi, 17 juin 2016