Matraquage fiscal : quelle part des revenus d'un travailleur français va aux impôts ?

impots-travailleur-francais impots-travailleur-francais © Billion Photos - Shutterstock

La Tax Foundation, un groupe de réflexion américain œuvrant sur les thématiques fiscales, vient de publier une étude sur les impôts et taxes prélevés sur les revenus du travail dans l'OCDE. Le taux des prélèvements est de 46,7 % pour un travailleur français célibataire sans enfant. Il est de 43,7 % pour un couple de travailleurs avec deux enfants.

 

Les travailleurs célibataires rémunérés au niveau du salaire moyen vivant dans les pays de l'OCDE ont payé plus du tiers - 36% - de leur salaire en impôts sur le revenu, taxes et charges sociales en 2019.

Quatorze pays de l'OCDE (sur 37) ont une charge fiscale sur le travail supérieure à 40%, 14 pays entre 40 et 30% et huit pays en dessous de 30%. 

Les pays où la charge fiscale sur le travail est la plus élevée sont les suivants :

  1. Belgique (52,2%)
  2. Allemagne (49,4%)
  3. Italie (48,0%)
  4. Autriche (47,9%)
  5. France (46,7%)

(calcul pour un travailleur célibataire sans enfant). 

En France, la charge fiscale est de 43,7 % pour un couple de travailleurs avec deux enfants. 

Les pays où la charge fiscale sur le travail est la plus faible sont les suivants (calcul pour un travailleur célibataire sans enfant):

  1. Chili (7%)
  2. Nouvelle-Zélande (18,8%)
  3. Mexique (20,1%)
  4. Suisse (22,3%)
  5. Israël (22,7%)

(calcul pour un travailleur célibataire sans enfant)

Les principales conclusions de l'étude sont les suivantes:

Les salariés moyens de l'OCDE voient leur salaire net réduit de trois impôts majeurs : impôt sur le revenu ; charges salariales et patronales ; TVA et ventes.

Avant de tenir compte de la TVA et de la taxe sur les ventes, la charge fiscale moyenne pesant sur un salarié moyen dans l'OCDE était de 36% des gains avant impôt en 2019.

La charge fiscale moyenne de l'OCDE sur le travail a chuté de 1,4 point de pourcentage au cours des deux dernières décennies.

La charge fiscale moyenne varie considérablement d'un pays de l'OCDE à l'autre. En 2019, un travailleur en Belgique supportait une charge fiscale sept fois plus élevée que celle d'un travailleur chilien.

En 2019, la charge fiscale moyenne des impôts sur le revenu et sur les salaires des familles des pays de l'OCDE était de 26,4%, soit 9,6 points de pourcentage de moins que celle des contribuables célibataires sans enfants.

En général, les pays où les prélévements obligatoires sont plus élevés accordent des allégements fiscaux plus importants aux familles avec enfants.

La prise en compte de la TVA et de la taxe sur les ventes révèle qu'en 2019, la charge fiscale moyenne sur le travail était de 41,5%, soit 5,6 points de pourcentage de plus que lorsque seuls les impôts sur le revenu et les salaires sont pris en compte.

Lorsque l'on examine les impôts sur les revenus du travail selon les catégories d'emploi, le Royaume-Uni, les Pays-Bas et l'Italie montrent de fortes disparités. Les différences entre la charge fiscale maximale et minimale varient de 10 points de pourcentage au Royaume-Uni à 33 points de pourcentage en Italie.

Source : "A Comparison of the Tax Burden on Labor in the OECD" Tax Foundation - Cristina Enache

Avec Contribuables Associés, luttez pour la réduction des dépenses publiques, car trop de dépenses publiques c'est trop d'impôts, et contre les gaspillages scandaleux d'argent public !

Lu 1871 fois Publié le mercredi, 20 mai 2020