Merci d'activer Javascript pour profiter de ce site

Stop à l’alibi des taxes, qu’elles soient vertes, rouges ou jaunes…

Le gouvernement n'a plus d'argent ?
Alors qu'il fasse des économies !

NON au financement PUBLIC
des syndicats.

Nous leur versons tous les ans
4 milliards d'euros
sans avoir notre mot à dire

50.000 fonctionnaires affiliés
sont détachés auprès des syndicats

...tout en étant payés par l'Etat.
Voila comment les syndicats disposent
gratuitement de salariés payés
avec nos impôts !

Plus besoin d'adhérents !
L'Etat les finance avec nos impôts !

En déclin d'adhésions et de moyens,
les syndicats peuvent prendre le pays en otage
avec leurs grèves à répétition

Et une contribution sociale de plus !

Depuis 2016, la "contribution au dialogue social"
est présente sur TOUTES les fiches de paie.
On croit rêver : les syndicats osent
tout demander et l'obtiennent !

Mais, nous, contribuables fançais,
pouvons arrêter cette gabegie

En demandant à la Ministre du travail,
Muriel Pénicaud, de mettre en place
le CHEQUE SYNDICAL

Pour comprendre la situation...

  • La solution ? Le CHEQUE SYNDICAL !

    C'est un titre de paiement donné par l'entreprise à chacun de ses salariés. Le montant est choisi par l'entreprise suite à un accord avec les syndicats.

    Chaque salarié est ensuite libre de le verser au syndicat de son choix, sans avoir l'obligation d'y adhérer.

    Chacun peut choisir la destination de ce versement ou de ne pas l'utiliser. Les fonds non alloués retournent alors à l'entreprise.

    C'était un projet inscrit dans le programme électorald'Emmanuel MACRON qui a été passé sous silence lors de la réforme du Code du Travail.

  • Le détachement des fonctionnaires

    Le site service-public.fr le mentionne en toutes lettres :
    « Les organisations syndicales représentatives disposent d'un contingent d'heures qui leur permet de décharger d'activité leurs représentants afin qu'ils puissent exercer leur activité syndicale pendant les heures de travail »

    ou encore :

    « Un fonctionnaire titulaire peut être détaché auprès d'une organisation syndicale pour exercer un mandat syndical ».

    CQFD : des fonctionnaires sont payés par nos impôts pour exercer un mandat syndical...

  • La contribution au "dialogue social"...

    L'URSSAF est très claire à ce sujet de cette contribution :

    « Cette contribution est destinée à abonder un fonds paritaire dédié au financement des organisations syndicales et des organisations professionnelles d’employeurs. »

    Et tous les employeurs la paye pour l'ensemble de leurs salariés :

    « Cette contribution est due sur les rémunérations servant de base de calcul des cotisations de Sécurité sociale et versées à partir du 1er janvier 2015 ».

    Ce qui est génial dans cette affaire, c'est que c'est invisible pour les salariés puisque seul l'employeur la paye.

Eudes Baufreton
Directeur
Contribuables Associés

Agissons !

Merci de signer la pétition ci-dessous. 

Chers amis,

Le mouvement des gilets jaunes est un mouvement qui va au-delà de l’augmentation des carburants.

C’est l’arbre de la taxe qui cache la forêt des dépenses publiques !

Ces événements montrent une prise de conscience générale.
Les Français n’en peuvent plus d’être écrasés par les taxes et les impôts. Ils sont dans la rue pour dire STOP.

Et pour mettre d’accord tout le monde et ramener le calme dans le pays, Emmanuel Macron et Édouard Philippe n’ont qu’une seule chose à faire : traquer les gaspillages et tailler dans les dépenses publiques plutôt que de taxer !

Il faut arrêter avec l’alibi des taxes, qu’elles soient vertes, rouges ou jaunes… Une taxe en plus c’est du pouvoir d’achat en moins.

Avec un tel niveau de taxes, chacun prend conscience maintenant qu’en passant à la pompe, ce sont les dépenses publiques de l’État que nous payons principalement et non de l’essence !

Le mouvement des gilets jaunes ne doit pas être l’arbre qui cache la forêt.

Ne nous arrêtons pas au milieu du chemin, allons jusqu’au bout.
Mettons les politiques devant la réalité et leurs contradictions.

L’écologie est une noble cause mais avant de nous taxer, il faut faire des économies.

Surtout quand on voit Édouard Philippe encaisser les taxes d’une main et donner un chèque énergie de l’autre. Où est l’écologie dans tout ça ?

Pour voir baisser taxes et impôts, il faut traquer chaque gaspillage et faire baisser les dépenses publiques.

Réduire les dépenses publiques doit être le chantier prioritaire du quinquennat Macron. Avant de sauver la terre, le Président doit respecter les Français en leur rendant leurs libertés et d’abord celle de pouvoir vivre dignement.

Si le gouvernement n'a plus d'argent, il doit faire preuve de courage et baisser les dépenses !

Signez la pétition envoyée à Emmanuel Macron

Pour envoyer votre pétition à Emmnanuel Macron,
remplissez ce formulaire et signez-le.

Confidentialité et sécurité de vos données

Contribuables Associés s'engage à ne jamais communiquer votre adresse email. Elle vous appartient, et doit rester privée et sécurisée.

Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans nos emails pour vous désabonner de nos communications.


PÉTITION à l'attention d'Emmanuel Macron
Président de la République

Monsieur le Président,

Depuis le début de votre quinquennat, vous avez déjà créé 11 nouveaux impôts qui s'ajoutent aux augmentations de taxes, et prélèvements comme la CSG.

Les Français n’en peuvent plus d’être écrasés par les taxes et les impôts. Ils sont dans la rue pour dire STOP.

Pour ramener le calme dans le pays, vous n'avez qu'une chose à faire : traquer les gaspillages et tailler dans les dépenses publiques plutôt que de taxer !

Si votre gouvernement n'a plus d'argent, alors qu'il fasse des économies.

Les Français n'en peuvent plus et attendent des actes.

Il faut arrêter avec l’alibi des taxes, qu’elles soient vertes, rouges ou jaunes… Une taxe en plus c’est du pouvoir d’achat en moins.

La priorité est donc de réduire les dépenses publiques pour ramener notre pays dans la moyenne européenne.

Je vous demande d'écouter ceux qui payent toujours plus et de mettre en œuvre, de toute urgence, une véritable politique de baisse des impôts et des dépenses publiques et de traquer tous les gaspillages.

Respectueusement,

Contribuables Associés - 42 rue des jeûneurs - 75002 PARIS

Service Relations Donateurs : 01 42 21 16 24.

Pour toute demande d'informations complémentaires, utilisez le formulaire de contact de notre site.

Contribuables Associés est une association Loi 1901
Ses statuts ont été déposés en préfecture de police de Paris le 7 février 1990 sous le numéro d’ordre 90/0541, numéro de dossier 093848P. Parution Jo du 7 mars 1990

Fichier déclaré à la CNIL sous le numéro 235741.

En application des articles 39 et suivants de la loi du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
Si vous souhaitez exercer ce droit et obtenir communication des informations vous concernant ou si vous ne souhaitez pas que vos coordonnées soient communiquées à des organismes agréés par nos soins à des fins de prospection, veuillez vous adresser à contact@contribuables.org ou au 01.42.21.16.24

CONTRIBUABLES ASSOCIES

Association Loi 1901
Ses statuts ont été déposés en préfecture de police de Paris le 7 février 1990 sous le numéro d’ordre 90/0541, numéro de dossier 093848P. Parution Jo du 7 mars 1990

Fichier déclaré à la CNIL sous le numéro 235741

En application des articles 39 et suivants de la loi du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
Si vous souhaitez exercer ce droit et obtenir communication des informations vous concernant ou si vous ne souhaitez pas que vos coordonnées soient communiquées à des organismes agréés par nos soins à des fins de prospection, veuillez vous adresser à contact@contribuables.org ou au 01.42.21.16.24

Confidentialité et sécurité de vos données

Contribuables Associés s'engage à ne jamais communiquer votre email.
Il vous appartient, et doit rester privé et sécurisé.

Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans chaque newsletter.

Le site et la transmission des données du formulaire sont sécurisés. Le cadenas vert situé dans la barre d'adresse montre la validité de nos certificats de sécurité.