Frais de mandats des députés : la coupe est pleine

Écrit par Aliénor Barrière
Coralie Dubost Coralie Dubost Le mouvement (Vimeo) https://vimeo.com/340002429 Wikipédia CC BY-SA 3.0

Le 28 avril dernier, Médiapart a révélé les notes de frais élevées et déplacées de l'ex-compagne du ministre Olivier Véran, la députée LREM Coralie Dubost : des achats mensuels de vêtements variant entre 1500 et 2000 euros, dont 500 euros de lingerie, des réservations coûteuses dans des restaurants et des plages privées de Méditerranée…

 

En seulement trois mois, elle aurait ainsi dépensé 8400 euros sur des sites de vente en ligne et pour des marques de prêt-à-porter haut de gamme.

La députée s’est justifiée en arguant que son conseiller ne lui avait pas suffisamment expliqué les règles liées aux frais de mandat. La députée a expliqué avoir remboursé ces sommes.

Pour les Français, c’est encore une fois la preuve du caractère hors-sol et déconnecté des parlementaires LREM parachutés il y a cinq ans.

Les frais de mandat d'un député s’élèvent à 5 373 euros mensuels, dont 600 euros sont à la discrétion totale du député.

Les dépenses engagées sont « éligibles aux frais de mandat dans la mesure où elles sont en lien direct avec le mandat parlementaire du député ou son activité politique ». A priori, la plage privée et la lingerie ne rentrent pas dans cette catégorie, à moins que les fonctions parlementaires ne soient exercées d’une façon telle qu'elle ferait frémir le contribuable bon père de famille !   

Les frais de représentation sont contrôlés annuellement et aléatoirement par la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP).

En 2018, cette dernière épingle une quinzaine de parlementaires pour des détournements allants de 6707 à 47 299 euros.

On retrouve ainsi le sénateur Yves Détraigne (Groupe Union centriste), les socialistes Jean-Christophe Cambadélis Linda Gourjade et Frédérique Espagnac, les anciens députés LREM Sandrine Mazetier et Ary Chalus, et les sénateurs Républicains Philippe Nachbar et Marc-Philippe Daubresse.

Afin d’échapper aux poursuites judiciaires, les députés ont remboursé rubis sur l’ongle les sommes frauduleusement dépensées.

Cette enveloppe vient s’ajouter à un salaire mensuel de 7 240 euros brut et à une dotation annuelle de 18 950 euros pour le taxi, les abonnements téléphoniques et les frais de courrier !

Lu 60 fois Publié le mercredi, 11 mai 2022

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

Votre adresse email ne sera pas affichée sur notre site Internet.