Aide aux migrants. La Cour des comptes alerte sur l’association Coallia

Écrit par Elisabeth Bernard
Subventions publiques aux associations © K.-U. Haessler / Shutterstock

De nombreux dysfonctionnements et une situation financière précaire jettent le doute sur l’avenir de Coallia. Cette association d’aide aux migrants ne garde la tête hors de l’eau que grâce aux subventions publiques.

Coallia (ex-Association pour la Formation des Travailleurs Africains et Malgaches - AFTAMest l’un des opérateurs français spécialisé dans le logement des travailleurs migrants et des populations « fragiles ».

Portée par l’intensification des flux migratoires, elle a mené une politique de croissance sans maîtrise ni contrôle. En 2021, elle employait près de 4 300 salariés répartis entre 755 établissements.

Proche de la cessation de paiement en 2016, l’association, perfusée avec de l’argent public, a remanié sa gouvernance en 2017, mais sans réformer radicalement son organisation et sa gestion.

Résultat, elle fait l’objet d’un rapport de la Cour des comptes qui souligne que si elle a pu éviter la cessation de paiements en dégageant quelques liquidités de court terme, sa viabilité n’est pas assurée.

Il est temps « … que les services de l’État eux-mêmes, en tant que commanditaires et financeurs principaux de Coallia, exercent une vigilance toute particulière dans le suivi des restructurations à mener, qui seules sont à même de garantir la pérennité de Coallia » écrivent notamment les magistrats financiers.

La situation de Coallia, lourdement endettée, est plombée par la croissance des redevances payées pour l’occupation des locaux où elle loge des migrants et une activité d’habitat social déficitaire.

Elle est détentrice d’un parc immobilier vieillissant dont le rendement ne suffit pas à dégager la marge de manœuvre financière nécessaire à sa modernisation. 

Les dirigeants de Coallia pointés du doigt

Les magistrats financiers pointent du doigt les responsables de Coallia qui ne sont pas parvenus à déployer un nouveau système d’information des ressources humaines qui devait pourtant « faciliter, fiabiliser et sécuriser » la gestion des personnels. 

Parmi les exemples à charge cités par la Cour, l’incapacité d’un suivi infra-annuel de la masse salariale ou encore la « fiabilisation des éléments de paie ».

L’administration de Coallia accepte des documents non standardisés, notamment pour la paie des salariés, « ce qui est une source potentielle d’erreurs de traitement » commente pudiquement l’institution de la rue Cambon. 

Malgré un total de 411 millions d'euros de produits d’activités sur l’ensemble de ses métiers (2021), Coallia ne garde la tête hors de l’eau que grâce aux subventions publiques.

Elle est passée d’un modèle économique fondé sur des dotations publiques pérennes à la recherche de subventions annuelles fournies par des tiers financeurs, à commencer par le contribuable. 

Parmi ses recommandations, la Cour des comptes préconise un renforcement du contrôle interne et de maîtrise des risques ainsi que la restructuration de la filière administrative, comptable et financière de l’association avec mise en place d’une comptabilité d’engagement. 

De même sont conseillés la mise en place d’un plan de redressement des activités structurellement déficitaires et une correction des valeurs inscrites au bilan au titre des immobilisations corporelles (immeubles, etc.). 

Publié le lundi, 12 février 2024

5 Commentaires

  • Lien vers le commentaire BESATO vendredi, 01 mars 2024 Posté par BESATO

    c'est minable ; j'estime que notre argent n'a pas a être donné à ces associations ! que l'on mette l'argent des contribuables à d'autres besoins et aux français qui sont dans la misère et non à des étrangers qui n'ont rien à faire à part faire de sales coups

    Rapporter
  • Lien vers le commentaire Serge M C vendredi, 01 mars 2024 Posté par Serge M C

    Ces associations qui ponctionnent les contribuables sont le cancer dont la France va mourrir.

    Rapporter
  • Lien vers le commentaire fabou vendredi, 01 mars 2024 Posté par fabou

    Comment peut-on laisser des gens qui ne connaissent rien au métier de bailleur, s'occuper de structures comme celle-là ? S'occuper de logements c'est un métier et nous avons là des amateurs qui dépensent mais ne connaissent pas les mots gestion, comptabilité, entretien... Toutes ces associations nous coûtent une fortune et c'est de l'argent public. Quand est-ce que l'état mettra un coup de pied dans cette fourmilière d'associations qui ne vivent que de subventions et ne produisent rien si ce n'est des profiteurs, car très souvent les dirigeants de ces associations touchent des salaires énormes. Pourquoi privilégier les travailleurs africains et malgaches ? Il y a des tas de travailleurs français qu'il faut loger et

    Rapporter
  • Lien vers le commentaire Jouanot jeudi, 29 février 2024 Posté par Jouanot

    Honteux et inacceptable et inadmissible l'argent des contribuables gaspillé pour les émigrés tous ces gens qui nous apporte que des problèmes et qui nous coûte des sommes mirobolants et oui et aujourd'hui la sécurité sociale veut diminuer les remboursement des ALD c'est une honte invraisemblable ont marche sur la tête ce gouvernement à la ramase ils nous considèrent comme des vaches à lait ! Juste bon à nous soutirer nôtre argent pour donner aux migrants et les nourrir ces feignasses ont n'est pas du tous représenté par ce gouvernement qui ceux gavent sur nôtre dos honteux inacceptable et inadmissible déguelase il est tant que cela change.........

    Rapporter
  • Lien vers le commentaire Sellot mardi, 13 février 2024 Posté par Sellot

    Des subventions, des dotations, des rustines finnacières : tout cela financé par les contribuables. Fatiguès d'accuellir des populations qui nous mettent sur le fanc sans nous remercier des efforts frais pour les intégrer.

    Rapporter

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

Votre adresse email ne sera pas affichée sur notre site Internet.