Réforme des hôpitaux : ça urge !

Écrit par Aliénor Barrière
hôpital-argent-public hôpital-argent-public tungnguyen0905 pour pixabay

 

Le directeur des hôpitaux de Paris, Martin Hirsch, s’est fendu d’une tribune dans laquelle il adresse à Emmanuel Macron ses propositions de réformes de l’hôpital. Plusieurs bonnes idées bienvenues après ses propos scandaleux remettant en cause la gratuité des soins pour les Français qui ne seraient pas vaccinés contre la covid-19.

Comme beaucoup d’instances publiques, « l’hôpital français est malade de ses rigidités et des effets pervers des contournements à ses rigidités ».

Martin Hirsch souligne le paradoxe de cette rigidité dans un secteur où il n’y a pas de risque de chômage pour les 20 prochaines années.

Alors que tous les médecins perçoivent le même salaire, l’intérim médical se développe de plus en plus et « fait coexister un cadre d’emploi trop contraint et trop peu rémunéré avec une possibilité d’exercice sans cadre et sans limite, avec des rémunérations qui peuvent atteindre 3 000 euros pour 24h ».

Les membres du personnel paramédicaux n’ont quasiment aucune perspective d’évolution de carrière et de salaire.

Martin Hirsch propose donc de s’inspirer de ce qui se fait dans la plupart des pays de l’OCDE : des statuts plus souples, plus différenciés, favorisant la mobilité et la diversité des parcours et permettant à l’hôpital de choisir les médecins et aux responsables médicaux de composer leur équipe.

Il recommande également de mettre en place les salaires des médecins sur trois bases : une tranche nationale commune à tous, une modulation en fonction du coût de la vie dans son lieu de résidence, et une marge d’appréciation laissée à la discrétion de l’établissement en fonction des spécialisations.

Quant au personnel paramédical, il devrait pouvoir accéder à des évolutions de carrière vers plus de technicité, plus de responsabilité, plus d’initiatives et plus de rémunération.

Afin de lutter contre le gaspillage de l'argent public (former une aide-soignante en interne pour qu’elle devienne infirmière coûte 200 000 euros), Martin Hirsch propose la mise en place d’un financement d'Etat des promotions professionnelles internes, ce qui éviterait de payer deux salaires durant la durée de la formation.

Alors que LREM change de nom pour devenir « Renaissance », espérons que ce soit bientôt aussi la renaissance des hôpitaux publics, également.

Lu 68 fois Publié le mardi, 10 mai 2022

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

Votre adresse email ne sera pas affichée sur notre site Internet.