Plan de relance : 100 milliards d’euros d’argent public pour produire seulement 160 000 emplois ! [Communiqué de presse]

plan-relance-argent-public plan-relance-argent-public © Fotolia

 Plan de relance : 100 milliards d’euros d’argent public pour produire seulement 160 000 emplois ! Soit 625 000 euros par emploi financés par les contribuables français.

 

Information presse

Paris, le 12 octobre 2020

 A l’Assemblée nationale débute l’examen du Projet de Loi de Finances pour 2021. Les députés devront se prononcer sur le Plan de Relance censé créer 160 000 emplois en 2021 comme l’a expliqué le premier ministre Jean Castex.

Cette estimation est très faible au regard des 100 milliards d’euros investis dans le plan « France relance ».

A titre de comparaison, le plan de relance de décembre 2008, d’un montant d’environ 26 milliards euros, devait créer ou sauvegarder 400 000 emplois.

Si ce nombre de 160 000 emplois était confirmé, chaque emploi coûterait 625 000 euros pour les finances publiques et donc les contribuables français.

Cela, laisse planer un sérieux doute sur l’efficacité du plan de relance et la gestion de la dépense publique pour le gouvernement !

Dans ces conditions, Contribuables Associés a proposé une question écrite (QE) aux 577 députés afin qu’ils puissent la poser à Monsieur Bruno le Maire, ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance (QE en pièce jointe).

Pour Eudes Baufreton, directeur de Contribuables Associés, « l’objectif est double. D’abord, obtenir des précisions sur ces 160 000 emplois : comment ce chiffre a-t-il été calculé, quels engagements ont été pris par les bénéficiaires des deniers publics. Ensuite, éclaircir les modalités de financement de ces 100 milliards : s’agit-il d’une réduction de charges sociales, d’impôts et de taxes pour les entreprises, ou bien d’une augmentation des dépenses publiques financée par la dette qui sera à la charge des générations futures ? »

Contribuables Associés, première association de contribuables de France – apolitique, non partisane et non subventionnée -, est engagée depuis 1990 contre l’excès de dépenses publiques et d’impôts.

Lu 202 fois Publié le lundi, 12 octobre 2020