Autolib’ : une « révolution urbaine » qui aura coûté cher

autolib-cout-argent-public autolib-cout-argent-public © LISA-LISA -SHUTTERSTOCK

Lors du lancement d’Autolib’ en 2011, le maire de Paris à l’époque, Bertrand Delanoë, avait qualifié le système de voitures électriques en libre-service de « révolution urbaine ».

 

56 millions d’euros de bénéfice annuel étaient attendus. Patatras, le service géré par le groupe Bolloré s’est vite avéré être un fiasco.

D’une part, parce que les VTC, Uber et scooters en libre-service l’ont très vite concurrencé, et d’autre part parce que les voitures étaient peu, voire pas du tout, entretenues.

C’est la raison pour laquelle le syndicat de communes utilisant Autolib’ – et Paris au premier chef – a décidé en 2018 d’y mettre fin.

D’autant que l’ardoise en sept ans s’est avérée particulièrement salée : le trou est de 293,6 millions d’euros.

Le groupe Bolloré entend faire prendre en charge 80 % de la dette par les communes, autrement dit par les contribuables franciliens.

(Article extrait du " Livre noir des gaspillages 2019 ") une livre noir gaspillages argent public

Lu 217 fois Publié le vendredi, 03 avril 2020