Frais de mandat : Bernard Accoyer refuse de rencontrer les contribuables !

Le président de l'Assemblée nationale a rejeté la demande de rendez-vous de Contribuables Associés, en dépit des 20 000 signatures récoltées par la pétition pour la transparence des frais de mandat.

 

Contribuables Associés a lancé une pétition en juillet dernier auprès des présidents des deux chambres du Parlement : Gérard Larcher pour le Sénat, Bernard Accoyer pour l’Assemblée nationale. Cette pétition réclamait la transparence des frais de mandat des députés et sénateurs, couverts par l’indemnité représentative de frais de mandat (IRFM). Indemnité qui s’élève à 5 884,91 euros pour un député, et 6 209,13 euros pour un sénateur, et s’ajoute à leur traitement de base. Au total, un député touche 11 146 euros net par mois, et un sénateur touche 11 976 euros net par mois ! Contribuables Associés ne demandait même pas une réduction de cette enveloppe, même si cela eût été pleinement légitime. Juste que les frais soient clairement justifiés de la part des parlementaires, afin de permettre aux Français de juger de l’usage fait de leur argent par leurs élus. Cela semblait la moindre des choses.

Eh bien, une telle audace n’a pas été du goût de Bernard Accoyer, qui a répondu à Contribuables Associés par une lettre brève, et  sans ambiguïté :

« Vos positions sur le sujet sont connues de mes collègues députés et de moi-même et je ne crois pas utile que nous nous rencontrions », écrit Accoyer.

Évidemment, aucune remise en cause de l’opacité des frais de mandat des parlementaires n’est esquissée dans les trois courts paragraphes de sa lettre.

La tentation est donc grande de considérer qu’en plus de refuser de rencontrer les contribuables, Bernard Accoyer trouve tout à fait normal que leur argent serve à payer des parlementaires sans contrepartie de leur part.

Lu 236 fois Publié le lundi, 13 septembre 2010