Réserve parlementaire 2016 : les 5 lingots d’or du clientélisme

reserve-parlementaire-2016-les-5-lingots-d-or-du-clientelisme reserve-parlementaire-2016-les-5-lingots-d-or-du-clientelisme © Contribuables Associés

Contribuables Associés décerne les « 5 lingots d’or du clientélisme » pour les députés ayant utilisé leur cagnotte de manière manifestement intéressée.

 

L’Assemblée nationale a dévoilé la répartition de la réserve parlementaire 2016, qui permet aux députés et sénateurs de subventionner des « investissements de proximité ». Comme nous l’avions fait pour la réserve parlementaire 2015, Contribuables Associés décerne les « 5 lingots d’or du clientélisme » pour les députés ayant utilisé leur cagnotte de manière manifestement intéressée.

Contribuables Associés rappelle qu’un parlementaire est un législateur, pas un mécène grâce à l’argent public !

  • Claude Bartolone (PS) : 230 000€ à la Fondation Jean Jaurès, proche du parti socialiste, au titre de sa réserve de président de l’Assemblée nationale. Cette fondation a aussi reçu 160 000€ du groupe socialiste.
  • Gilles Carrez (LR) : 200 000€ au Perreux-sur-Marne, ville dont il était le maire au moment de l’attribution de cette subvention (il a cédé sa place le 2 décembre 2016).
  • Christophe Caresche (PS) : 20 000€ à l’Institut d’Etudes Politiques de Grenoble, dont il est diplômé.
  • Pouria Amirsahi (Mouvement Commun) : 10 000€ au syndicat étudiant UNEF, dont il a été le président dans les années 1990. Benoît Hamon (PS), ancien adhérent de ce syndicat de gauche, a attribué une subvention de 5 000€ à l’UNEF.
  • Jean-Louis Roumegas (Écologiste) a attribué 3 000€ de sa réserve parlementaire à l’AFPS 34, antenne locale de France Palestine organisant dans sa circonscription des boycotts de produits israéliens.

Pour Eudes Baufreton, délégué général de Contribuables Associés, « ces 5 Lingots d’or sanctionnent les utilisations les plus clientélistes de la réserve parlementaire par des députés! Le rôle d’un parlementaire est de voter la loi, de contrôler l’action du gouvernement et d’évaluer les politiques publiques, pas de distribuer l’argent des Français dans des placements souvent clientélistes, faisant ainsi campagne aux frais du contribuable. Dans le contexte actuel de matraquage fiscal des Français d’une part, mais aussi de la nécessaire réduction des dépenses publiques (57% du PIB) d’autre part, il est indispensable de supprimer la coûteuse et inutile réserve parlementaire».

1 milliard d’euros depuis 8 ans, près de 136 millions d’euros annuels, environ 130 000 euros par député et sénateur (davantage pour les hautes responsabilités) : la réserve parlementaire dilapide l’impôt sur le revenu annuel de 33 500 familles assujetties !

Avec Contribuables Associés, luttez pour la réduction des dépenses publiques, car trop de dépenses publiques c'est trop d'impôts, et contre les gaspillages scandaleux d'argent public !

Lu 342 fois Publié le mardi, 28 février 2017