jeudi, 22 décembre 2016 16:18

La gratuité des transports coûte une fortune aux contribuables

gratuite-transports-fortune-contribuables gratuite-transports-fortune-contribuables © DR

Pour faire face aux récents pics de pollution, Paris a ordonné la gratuité des transports en commun : une mesure ruineuse pour les contribuables.

 

Une nouvelle fois, et pendant six jours, les métros, tram, vélibs, bus et RER ont été rendus gratuits pour les usagers franciliens. Le STIF, le Syndicat des Transports d’Ile de France  a sorti la calculette et chiffre la facture à 23 millions d’euros pour la totalité de l’année 2016 ! Pour le STIF, le coût journalier de la gratuité des transports « est estimé à près de 4 millions d’euros par jour de semaine et 3 millions d’euros le samedi, [et] s’élève au total à ce jour à 23 Millions d’euros pour l’année 2016 ». 

La gratuité des transports n’a pourtant pas permis une forte affluence dans les transports en commun, qui n’aurait été que de 5% supplémentaires. On peut voir le caractère Tartuffe de l’alibi écologique d’Anne Hidalgo : avec 23 millions d’euros, le STIF aurait pu acheter 50 bus électriques qui auraient roulé 14 ans ! A Lyon, Gérard Collomb s’est opposé aux injonctions du préfet lui demandant d’appliquer cette gratuité… Le montant de la facture parisienne et la faible affluence dans les métros, ne permettent que d’approuver la réaction de l’édile lyonnais.

Comme le disait l’économiste Frédéric Bastiat, « la gratuité est une mystification » : ce sont toujours les contribuables qui paient. Les dépenses publiques sont bel et bien financées par les contribuables. 
Aucun service offert par l’État ou les collectivités locales n’est réellement gratuit.
 
Retrouvez l’enquête de Contribuables Associés : l’écologie oui, les écolos non !
Lu 221 fois Dernière modification le jeudi, 05 mars 2020 17:30