Voyage au pays des chantiers abandonnés, coûteux ou démesurés

grands-chantiers-argent-public grands-chantiers-argent-public © Gritsana P -Shutterstock

Sélection de quatre chantiers emblématiques des dépenses inconsidérées qu’engagent l’État et les collectivités locales.

 

Grand Paris Express

grand paris express chantier Wikimedia Commons

 

La facture du métro automatique du Grand Paris (200 km, création de quatre lignes et de 60 stations, extension de deux lignes existantes) est passée, en moins de dix ans, de 19 à 38,5 milliards d’euros.

La multiplication des « aléas de chantier » pourrait mettre en cause l’ouverture des lignes prévues pour les JO de 2024.

Le GPE doit être livré dans son intégralité en 2030 et d’ici là, l’addition pour les contribuables va encore grimper…

Coût : 38,5 milliards d’euros

Ligne Lyon-Turin

chantier ligne lyon turin ©shutterstock

 

Le coût est démesuré par rapport au trafic attendu : 18,4 milliards d’euros, dont 8,4 milliards à la charge des contribuables français.

En 2012, la Cour des comptes alertait sur un « projet ambitieux [qui] ne répond pas aux exigences de rigueur nécessaires à une opération de cette ampleur et de cette complexité ».

Certains dirigeants italiens veulent interrompre les travaux. La mise en service prévue pour 2030 aura-t-elle lieu un jour ?

Coût : 8,4 milliards d’euros

 

Musée des Confluences à Lyon

musee confluences cout shutterstock

 

Le Musée des Confluences, inauguré en 2014 à Lyon, a été livré avec six ans de retard.

Le bâtiment aura coûté 307 millions au lieu des 61 prévus, soit plus de quatre fois le prix initial.

Le coût total est de 330,6 millions d’euros, en prenant en compte le prix d’acquisition du terrain, celui des aménagements intérieurs, les travaux de voirie et la reconstruction du boulodrome déplacé en banlieue lyonnaise.

Coût : 330,6 millions d’euros

Aéroport de Notre-Dame-des-Landes

notre dame landes aeroport zad chantier Wikimedia Commons

 

Le projet initié en 1963 a été abandonné en janvier 2018 après des décennies de polémiques et d’atermoiements des politiques.

Selon un rapport parlementaire, cette décision se traduira par une perte nette comprise entre 200 et 600 millions d’euros pour les finances publiques.

Cette estimation comprend le réaménagement de l’aéroport de Nantes-Atlantique.

Coût : entre 200 et 600 millions d’euros

(Article extrait du " Livre noir des gaspillages 2019 ") une livre noir gaspillages argent public

 

 

 

 

 

(Photos : © Chris93 / Wikimedia Commons / Cc By-Sa 4.0 ; Shutterstock Pics Factory ; Bstroot56 / Wikimedia Commons / Cc By-Sa 4.0)

 

 

 

 

 

 

 

Lu 310 fois Publié le vendredi, 03 mai 2019