Subvention publique de la ville de Marseille à David Guetta !

subvention-publique-de-la-ville-de-marseille-a-david-guetta subvention-publique-de-la-ville-de-marseille-a-david-guetta © Contribuables Associés

Marseille Provence Capitale de la Culture 2013 serait-elle aussi la capitale de la subvention artistique ? 

 

Mise à jour mars 2013 : Victoire ! La mobilisation des contribuables a permis d’annuler la subvention de 400.000 euros

Une subvention de 400.000 euros a été votée pour David Guetta qui se produira le 23 juin prochain au Parc Borely. L’aide votée par le conseil municipal à l’unanimité le 10 décembre 2012 a du mal à passer auprès des contribuables marseillais. « Cette subvention est un pur scandale ! » s’insurge la socialiste Nathalie Pigamo lors du conseil municipal du 11 février.

La passe d’arme fut en effet savoureuse au conseil municipal de Marseille. Sous les yeux du maire Jean-Claude Gaudin, amusé semble-t-il par ces discussions, Nathalie Pigamo insiste sur le fait que « certaines associations ne méritaient pas de voir leur subventions baisser de 18% pour ce concert privé. » Et elle interpelle Jean-Claude Gaudin : « Monsieur le Maire, beaucoup d’artistes, de jeunes musiciens en particulier sont très remontés contre votre municipalité qui ne fait rien pour les aider. » Voilà donc le fond de l’affaire : ce n’est pas contre la subvention en elle-même qu’interviennent les socialistes, mais contre la personne qui reçoit cette subvention.

Si Yves Moraine, président du groupe des élus UMP majoritaire au conseil municipal et que Jean-Claude Gaudin a chargé de répondre à Nathalie Pigamo, n’hésite pas à qualifier les musiciens dont parle la socialiste « d’artistes en manque de notoriété », il défend sa subvention en défendant la personne de David Guetta : « Vous en réalité ce qui ne vous plaît pas, c’est David Guetta. C’est pas assez élitiste, c’est pas assez savant ». Puis il accuse la socialiste: « Vous vous rendez coupable d’un délit de faciès culturel. » Néanmoins, pour être fair-play, il faut quand même se poser la question suivante : David Guetta a-t-il besoin d’être aidé ? Soyons juste : ce DJ est un businessman averti.  Selon le magazine Forbes, il est le 4eDJ le mieux payé au monde puisqu’il a touché 10 millions d’euros en 2011 étant au passage l’artiste français le mieux rémunéré.

En outre, ce concert du 23 juin peut largement pourvoir à sa rémunération et à celle de la société qui produit l’événement, Adam Concert. Le Parc Borely, où doit se produire le DJ, possède une capacité de 23.000 places. Le prix de l’entrée allant de 44 à 59 euros, le bénéfice sera supérieur à 1 million d’euros si toutes les places sont vendues – et il est fort à parier qu’elles le seront. Puis la municipalité de Marseille a eu deux gestes commerciaux envers la société Adam Concert : d’une part elle prête gratuitement le Parc Borely, d’autre part elle lui permet l’exploitation des buvettes et des points de restauration du public de la manifestation. Le bénéfice commercial semble donc assuré, personne ne prend de risques.

Par ailleurs, Yves Moraine s’est empressé de faire une rectification : le concert de David Guetta ne coûtera en réalité que 200.000 euros à la ville de Marseille et non pas 400.000 puisque « 200.000 euros seront pris en charge par un sponsor privé ». En outre, cet argent sera à destination de trois artistes dont Micha et David Guetta.

Mais le point essentiel de ce débat marseillais est de montrer un problème de fond : qu’ils soient de droite ou de gauche, aucun élu ne remet en cause le principe de la subvention. Tous parlent haut et fort de l’argent public, clament qu’ils attachent énormément d’importance à sa gestion, qu’il faut le dépenser en faisant attention, c’est-à-dire en choisissant avec perspicacité les bénéficiaires des subventions municipales. Mais en réalité le débat est faussé du début à la fin. Car à la vraie question qui doit être : « doit-on subventionner ? », les élus de tous bords ont substitué cette autre question : « qui doit-on subventionner ? »

Yves Moraine justifie ainsi le principe de la subvention : « subventionner un organisateur privé qui organise des manifestations artistiques ou sportives avec des artistes ou des sportifs qui gagnent beaucoup d’argent et avec des entrées de spectacles payantes, tout le monde le fait, toutes les collectivités, qu’elles soient de droite ou de gauche. »  Et il continue pour bien montrer que cette pratique est généralisée : « C’est le cas de tous les festivals avec entrées payantes que l‘on trouve partout en France tout au long de l’été. C’est par exemple le cas des « Vieilles Charrues » ou c’est le cas du festival d’Aix-en-Provence. Toutes les collectivités donnent des subventions très importantes et le prix des places reste néanmoins très cher quand on les paie. » Si donc tout le monde le fait, pourquoi s’en priver ?

Or le vrai problème est justement que toutes les collectivités le font. Une fois de plus, il faut rappeler aux élus locaux que ces subventions sont l’argent des contribuables. La vraie question de fonds n’est pas de savoir si l’on doit subventionner David Guetta ou l’artiste phocéen local. Non, la vraie question, que malheureusement aucun élu de gauche comme de droite n’a posée est celle que nous rappelle l’économiste Frédéric Bastiat : « le droit du législateur va-t-il jusqu’à ébrécher le salaire de l’artisan pour constituer un supplément de profits à l’artiste ? »

Soulignons enfin que les contribuables marseillais réagissent. Ils ont un groupe sur Facebook qui rassemble pour l’instant 22 555 membres. La demande est claire : l’annulation pure et simple de la subvention municipale à David Guetta.

Avec Contribuables Associés, luttez pour la réduction des dépenses publiques, car trop de dépenses publiques c'est trop d'impôts, et contre les gaspillages scandaleux d'argent public !

Lu 99 fois Publié le mardi, 12 février 2013