Face aux fonctionnaires, Hollande préfère la démagogie au courage, quitte à ruiner la France

Lors de l’émission Bourdin direct du 6 mai 2014, François Hollande a manifestement menti lorsqu’il a déclaré « Nous avons tout fait pour que la France se remette en marche… les réformes essentielles ont été faites ».

 

Lors de l’émission Bourdin direct du 6 mai 2014, François Hollande a manifestement menti lorsqu’il a déclaré « Nous avons tout fait pour que la France se remette en marche…les réformes essentielles ont été faites ». Il y a un an, l’OCDE, organisme international comparant les politiques des pays développés, avait cité les réformes essentielles que la France devrait faire : « réduire les prélèvements (sur les entreprises) est une condition essentielle pour améliorer la compétitivité des entreprises, (…) la meilleure solution consistant à réduire les dépenses publiques à due concurrence ».

Cette réforme a été lancée cette année, mais elle n’est toujours pas mise en place, et, lorsqu’elle le sera, sera très insuffisante : 30 Md€ de réduction de charges sur les 140 comblant la différence avec l’Allemagne. On ne peut donc pas dire que cette réforme essentielle a été faite. Aucune des autres réformes essentielles préconisées par l’OCDE n’a été lancée, ni même envisagée : supprimer les régimes spéciaux de retraite, y compris celui des fonctionnaires, et instauration d’un régime unique par points ; assurer la convergence entre les tarifs de remboursement des cliniques et des hôpitaux ; ne rembourser les médicaments qu’au prix des génériques ; fusionner la prime pour l’emploi et le RSA ; réduire les prestations-chômage ; inciter à reprendre un emploi ; simplifier les procédures de licenciement ; allonger les périodes d’essai ; abandonner le statut du cheminot ; instaurer un SMIC-jeunes ; réformer notre système de formation ; abroger les lois Royer et Raffarin sur l’urbanisme commercial ; assouplir les horaires d’ouverture des magasins ; supprimer les contingentements dans certaines professions (« services juridiques, experts-comptables, architectes, pharmaciens, kinésithérapeutes, vétérinaires, coiffeurs, chauffeurs de taxis ») et les réglementations accroissant les coûts ( médicaments, optique, pièces détachées automobiles, transports ferroviaires ). L’OCDE préconisait aussi l’abandon de nombreux projets d’investissements publics inutiles : « lignes TGV, stades et aéroports régionaux, ministère de la Défense ». Rien de tout cela n’a été fait.

Au détour d’une phrase, François Hollande a avoué pourquoi ces réformes n’avaient pas été entreprises. Il a en effet parlé de « ceux qui pouvaient espérer avoir un retour de leur vote (ceux qui ont voté pour moi) ». 76 % des fonctionnaires ont voté pour lui au second tour de l’élection présidentielle. Le «retour de leur vote », c’était ne pas toucher à leur nombre et à leurs privilèges. Une partie importante des réformes essentielles préconisées par l’OCDE y portaient atteinte. En y renonçant, François Hollande leur a donné le retour de leur vote.

A la fin de l’émission, François Hollande a reconnu que « mon erreur a été de ne pas faire connaître l’ampleur de la crise et la dégradation de la compétitivité de l’industrie française ». Sans doute dans trois ans reconnaitra-t-il l’erreur qu’il commet maintenant : accorder le « retour de leur vote » à ceux qui ont voté pour lui.

Alain Mathieu, président d’honneur de Contribuables AssociésAlain Mathieu Contribuables Associes

Avec Contribuables Associés, luttez pour la réduction des dépenses publiques, car trop de dépenses publiques c'est trop d'impôts, et contre les gaspillages scandaleux d'argent public !

Lu 115 fois Publié le jeudi, 08 mai 2014