Subventions : en Nouvelle-Aquitaine, on dépense sans compter

subventions-publiques-nouvelle-aquitaine subventions-publiques-nouvelle-aquitaine © Bluedesign - Fotolia

Les élus clientélistes semblent ne vouloir oublier personne. Avec un arrière-fond idéologique sur le dos des contribuables…

 

Le 10 octobre 2016, le Conseil régional accorde une subvention de 105 350 euros à plusieurs projets dans le cadre de « l’aide à la résidence de création du spectacle vivant ».

Parmi les bénéficiaires, la compagnie parisienne Œnographie pour une pièce de théâtre qui met en scène « un œnologue transgenre » discourant sur les plantes hermaphrodites et la culture de la vigne.

Dans le même esprit, la Région accorde, le 3 avril 2017, une aide de 7 000 euros à la compagnie Fée d’Hiver qui met en scène « L’extraterrestre et le petit caca ».

Le personnage de l’extraterrestre symbolise la figure de l’étranger, le petit caca représente une femme abandonnée de tous. S’en suit une relation d’amitié qui se transforme en histoire d’amour…

En juillet 2018, 9 600 euros sont accordés par les élus de Nouvelle-Aquitaine à l’association Boutabouh qui propose, parmi ses spectacles à destination des enfants, la pièce « Furax Libido », conseillée à partir de 8 ans. Il y est question « de solitude amoureuse et sexuelle avec en filigrane l’addiction à l’alcool » …

Les syndicats de salariés, eux aussi, bénéficient des largesses du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, et ce, au titre du renforcement du dialogue social.

La commission permanente du 10 juillet 2017 accorde 500 000 euros aux syndicats dits représentatifs, et celle du 8 octobre 2018, 450 000 euros aux mêmes bénéficiaires.

La coopération internationale constitue l’un des principaux postes de dépense, principalement à destination de l’Afrique.

Un exemple parmi cent : le vote le 28 mai 2018 d’une subvention de 15 000 euros à l’association Médias et Démocratie 64 pour la formation de huit journalistes mauritaniens.

(Article extrait du " Livre noir des gaspillages 2019 ") une livre noir gaspillages argent public

 

 

Lu 533 fois Publié le mercredi, 01 avril 2020